Certification cloud : 5 conseils pour préparer ses examens

Valider un niveau de compétences cloud par le biais d’une certification sectorielle peut constituer un réel avantage concurrentiel sur le marché du travail.

Avec l’impact économique du COVID-19, nombreux sont ceux qui cherchent à réorienter leur carrière. Dans ce processus de recherche d’emploi, la croissance constante de l’industrie du cloud présente des avantages. Elle continue d’offrir des opportunités à ceux qui ont des compétences dans le cloud mais aussi de plus en plus à ceux qui occupent des rôles non techniques, comme la vente ou le marketing, où la compréhension du cloud peut s’avérer être un nouvel atout.

Selon LinkedIn, le cloud computing est la première compétence technique dont les entreprises ont besoin.

Il existe diverses options de formations en ligne et virtuelles pour les personnes souhaitant se perfectionner ou se réorienter dans le cloud. Ces cours peuvent servir de tremplin à l’obtention d’une certification professionnelle et permettre à un candidat de se démarquer des autres ou d’obtenir une promotion en interne. L’obtention d’une certification dans le secteur du cloud augmente non seulement les chances d’obtenir un emploi, mais les études montrent aussi que les certifications sont garantes d’un salaire plus élevé et offrent un réel avantage concurrentiel.

De plus, les salariés certifiés ne sont pas les seuls à profiter de ces compétences ; selon une étude de Global Knowledge, 93 % des décideurs en entreprises s’accordent à dire que les membres certifiés d’une équipe apportent une valeur ajoutée supérieure au coût de leur certification.

Voici cinq conseils pour les personnes souhaitant obtenir leur certification cloud avec succès.

Conseil n°1 : Planifier ses objectifs et les associer à des certifications spécifiques

Avant de commencer des cours en ligne ou de lire des livres blancs techniques, il est important de visualiser ses objectifs et la façon de les atteindre mais aussi d’analyser son intérêt pour l’informatique ainsi que les offres d’emploi associées à cet intérêt et disponibles sur le marché du cloud. Il est ensuite plus facile d’identifier la certification sectorielle appropriée pour valider des compétences et de se démarquer lorsque l’on postule.

Par exemple, un candidat ayant un intérêt pour la création d’applications et d’architectures cloud et recherchant un poste de concepteur ou d’architecte cloud pourra se tourner vers la certification “Associé – Architecte de solutions certifié”.

Conseil n°2 : Exploiter les informations à son rythme

Après avoir défini ses objectifs et la certification spécifique visée, il ne reste plus qu’à accéder aux formations, aux cours à la demande et en direct, ainsi qu’aux tests pratiques.
La formation numérique permet aux étudiants d’acquérir des compétences et des connaissances dans n’importe quel domaine du cloud – du machine learning (ou apprentissage automatique) à la mise en réseau, en passant par la sécurité – grâce à des cours autogérés, courts et souvent gratuits proposés par divers fournisseurs de formation et de cloud.

De nombreux organismes de formation recommandent des parcours d’apprentissage alignés à différentes certifications basées sur le poste ou le secteur souhaité – garantissant ainsi que les efforts mis en œuvre soient payants.

Des guides d’examen officiels sont également disponibles, offrant des conseils détaillés sur les différents domaines couverts par l’examen afin de permettre au candidat de prioriser ses révisions. Enfin, il est important de choisir le prestataire et le programme de formation le plus adapté à la certification choisie.

Conseil n°3 : Trouver une communauté

Outre les ressources, il existe également de nombreuses communautés en ligne pour entrer en contact avec des personnes qui préparent elles-aussi leur examen de certification, qu’il s’agisse de leur premier ou de leur cinquième. Ces groupes sont des sources d’informations précieuses sur les aspects les plus importants à étudier, les ressources utiles pour optimiser ses révisions, la manière dont se déroule réellement un examen ou encore la meilleure façon de mettre en avant la certification validée.

Les groupes LinkedIn dédiées aux certifications professionnelles sont les plateformes idéales pour rejoindre une communauté en ligne. Il est également possible de participer à des “User Group Meet-up » (des réunions de groupe d’utilisateurs), voire même d’y proposer une présentation.

Conseil n° 4 : Adopter des habitudes de révisions constantes

Le temps nécessaire pour suivre les cours et acquérir une expérience pratique varie en fonction de la certification. En règle générale, les examens de base nécessitent 15 à 20 heures de révisions et de préparation. Les examens de niveau plus avancé demandent une centaine d’heures et les niveaux professionnel ou spécialisé, quant à eux, nécessitent encore cinq fois plus de temps. La réussite le jour de l’examen est directement liée non seulement au nombre d’heures consacrées aux révisions, mais aussi à l’approche adoptée.

Afin d’être efficace, il est donc important de définir des créneaux dédiés, en organisant ses révisions dans son agenda comme on planifie ses rendez-vous professionnels. Le lieu doit lui aussi être adapté, favoriser la motivation et éliminer les distractions. D’autre part, choisir le bon moment pour réviser est capital. Impliquer d’autres personnes, sa famille ou ses amis, permet aussi de mieux comprendre certains sujets.

Enfin, les examens blancs renforcent les connaissances et l’aisance des candidats avant l’examen final. Passer plusieurs examens blancs aidera le candidat à se sentir en confiance non seulement sur le format du test, mais aussi sur les informations couvertes.

Conseil n° 5 : Mettre en pratique son expérience avant l’examen

Il est important d’aller plus loin dans son apprentissage en mettant en pratique la technologie étudiée. Selon la certification, l’expérience augmente non seulement les chances de réussite à l’examen, mais peut aussi s’avérer indispensable.

Pour cela, les organismes proposent des formations de type « laboratoire » (parfois virtuellement, avec un instructeur en direct) pour se familiariser avec les technologies du cloud dans des scénarios réels. Certaines formations sont accessibles en version gratuite ou à faible coût pour se forger une vraie expérience. Il existe également des tutoriels qui permettent d’apprendre à son rythme, étape par étape.

Enfin, il est utile d’avoir un ami ou un mentor professionnel qui travaille avec la technologie pour bénéficier de son expérience et obtenir des conseils pour réussir la formation et/ou la certification.

Classe virtuelle / à distanceCyberPromo -80 % OFF

Économisez du temps et de l'argent en suivant nos formations à distance tout en bénéficiant de la même qualité de cours que lors d'une formation en présentielle